Taxe sur l’énergie: le parlement divisé, la vision du gouvernement s’impose

Le parlement vaudois a accepté mardi la nouvelle loi sur l’énergie qui prévoit une augmentation de la taxe sur l’énergie qui passera de 0,2 à 0,6 centimes par kw/h. L’objectif est de renflouer le «programme bâtiments» qui permet à l’Etat de soutenir l’assainissement du parc immobilier vaudois, ce qui profitera aux locataires et propriétaires par une réduction des charges de chauffage.

Tout le débat tourné autour de la manière de financer cette assainissement. Le Conseil d’Etat voulait exclusivement augmenter la taxe, tandis qu’une large majorité des députés préférait un financement réparti entre la taxe et le budget.

 
Par la voix de la députée bellerine Circé Fuchs, le groupe PDC Vaud- Vaud Libre a proposé « une mesure équilibrée avec un effort par le ménage courant équivalent à celui accordé par la taxe sur l’énergie proposée par le Conseil d’Etat, afin de renforcer le programme d’assainissement pour répondre aux besoins de l’urgence climatique que chacun appelle des ses voeux par des mesures concrètes et si possibles accélérées».
 
Parmi les quatre amendements déposés par le parlement, celui de Circé Fuchs a passé très près du succès. Il a toutefois été malheureusement refusé par 70 voix non contre 65 oui, combattu d’un coté par la droite (PLR-UDC) et soutenu de l’autre par les Vert’s-Libéraux, le groupe PDC-Vaud Libre et la gauche (moins deux dissidents).
 
Finalement, c’est la proposition du Conseil d’Etat d’un financement unique par la taxe qui l’a emporté grâce à une majorité PLR-Verts-Vert’libéraux contre une minorité Ensemble-à-gauche-POP-PS, les groupes UDC et PDC Vaud Libre étant partagés.
 
 

Laisser un commentaire