Les partis gouvernementaux vaudois se partagent postes et prébendes

Pour remplacer Valérie Schwaar au bureau du Grand Conseil, le PS proposait Stéphane Montangero. Cette candidature a été contestée par les groupes Ensemble à gauche/POP et PDC-Vaud Libre. Pas le candidat, mais son appartenance politique, dès lors que les petits groupes politiques ne sont pas représentés au bureau parlement vaudois, lequel décide notamment de la composition des commissions. Or le PS y est lui déjà représenté par la vice-présidente Sonya Butera. Pour le président du groupe PDC-Vaud Libre, «les partis représentés au Conseil d’Etat entendent diriger ce canton seuls et ont une fâcheuse tendance à vouloir tout contrôler, comme on l’a vu récemment avec l’élection à la Cour des comptes.»


«Les petits groupes politiques ont des choses à dire et souhaitent être présents au bureau», a défendu Vincent Keller, chef de groupe Ensemble à gauche/POP dont la candidate a reçu le soutien du groupe PDC-Vaud Libre.

La déclaration du groupe PDC.-Vaud Libre:

«Nous constatons que la non-représentation du groupe Ensemble à gauche – POP au sein du bureau, comme de notre groupe par ailleurs, pose problème dès lors que leurs demandes de participation à des commissions ne sont pas toujours suivies en particulier sur des dossiers de la plus haute importance.Le cas de la loi sur l’énergie que ne nous allons traiter aujourd’hui est particulièrement édifiant. Je peux en témoigner. Comme président de la commission, face à une unanimité qui se dégageait dans un premier temps, j’ai du, me faire l’avocat du diable, ne serait-ce que pour pouvoir rendre un rapport argumenté. Sans représentation large sur des objets fondamentaux, le risque existe qu’il n’y ait pas de débat.Le débat d’entrée en matière sur cette loi a d’ailleurs permis de faire éclore une intéressante proposition du groupe Ensemble à gauche-POP qui aurait mérité d’être débattue en commission.Ce n’est évidemment pas la première fois que nous sommes confrontés au problème de la non-représentation d’une tendance politique de notre parlement au sein d’une commission sur un objet important. Nous l’avons déjà relevé à plusieurs reprises dans nos débats.Nous avons de plus en plus le sentiment que les partis représentés au Conseil d’Etat entendent diriger ce canton seuls, qu’ils ne se content pas de leur pouvoir gouvernemental, mais ont une fâcheuse tendance à vouloir tout contrôler, comme on l’a vu récemment avec l’élection à la Cour des comptes. Les partis gouvernementaux se partagent donc postes et prébendes, méprisent ceux qui ne font pas partie du cercle en particulier les petits groupes politiques.En substance, «nous occupons le pouvoir, cela nous va bien, prière de ne pas nous déranger». Pour augmenter a représentativité de notre parlement, le groupe PDC Vaud Libre défendra donc la candidature de Mme Misiego.Nous verrons au travers de cette élection si les partis gouvernementaux font alliance contre nature et continuent de faire bloc au mépris du débat politique parce que leurs intérêts propres sont menacés.»

Finalement, Stéphane Montangero a été élu avec 88 voix contre 27 pour Céline Misiego. Le résultat de Mme Misiego est honorable, mais le score reste sans appel, la majorité gouvernementale se retient tout juste de mettre sous l’éteignoir toute velléité d’exprimer un autre point de vue.


Laisser un commentaire