Les députés Vaud Libre veulent un référendum sur l’accord de libre-échange avec le Mercosur

Les députés Vaud Libre souhaitent une votation populaire sur l’accord de libre-échange négocié par le Conseil fédéral entre l’AELE (Association européenne de libre échange) avec le Mercosur (Marché commun sud-américain). Ils ont soutenu une initiative des Verts en ce sens, laquelle a été renvoyée directement au Conseil d’Etat mardi par 74 voix contre 60 et 3 absentions.

L’enjeu est considérable: cet accord aurait de funestes conséquences sur notre agriculture déjà en difficulté. Notamment par des exonérations de droits de douane de produits qui entrent en concurrence avec les nôtres. 

L’initiative des Verts a été soutenue par l’ensemble des Verts, Socialistes, Ensemble à Gauche-POP, Vert’Libéraux, PDC-Vaud Libre, et cinq députés UDC. Le PLR a voté unanimement contre.

Voici le point de vue du groupe PDC-Vaud Libre au parlement vaudois exprimé par son président Jérôme Christen.

Le détail de l’accord n’est pas encore connu, mais ses grandes lignes suffisent – dans le contexte politique sud-américain plus particulièrement brésilien – à nous inquiéter. Au vu de l’approche du Conseil fédéral, on est en droit d’exprimer une certaine perplexité voire même de craindre le pire. La démarche a pour le moins un but préventif. En soutenant cette initiative de notre collègue vert Raphaël Mahaïm, nous voulons dire que nous ne sommes pas prêts à avaler n’importe qu’elle couleuvre et que nous souhaitons que le peuple puisse se prononcer sur un objet aussi important pour notre pays.

Le soutien du groupe PDC Vaud Libre à cette démarche s’inscrit dans le contexte de notre souci de vouloir préserver notre agriculture, de souvenir une agriculture durable, de préservation de l’environnement et de sécurité alimentaire.

Voulons nous d’un accord qui cautionne une politique qui privilégie des intérêts financiers sectoriels au détriment de la collectivité en mettant en péril notre agriculture de proximité déjà en difficulté et qui aura de funestes conséquences du point de vue de la protection de l’environnement ?

Nous estimons qu’il n’est pas acceptable de sacrifier les mains locales qui nous nourrissent. Ni l’agriculture suisse et européenne, ni celle de l’Amérique du Sud, ni les populations de ces pays n’ont un intérêt dans un accord qui ne privilégie que des intérêts à court terme en contradiction avec les principes du développement soutenable.

Nous soutiendrons un renvoi direct cette initiative comme nous avons soutenu un renvoi direct de la résolution de notre collègue UDC Yvan Pahud.

  • Par la présente initiative, le Grand Conseil demande que le canton de Vaud exerce son droit d’initiative cantonal et intervienne auprès de l’Assemblée fédérale en amont des débats sur la ratification du traité de libre=échange avec le MERCOSUR pour que ce dernier soit en tous les cas soumis au référendum facultatif. Compte tenu du calendrier annoncé par le Conseil fédéral (signature de l’accord entre fin 2019 et début 2020, procédure parlementaire en 2020, ratification définitive en 2021), il convient de ne pas perdre de temps avant d’intervenir à Berne. Le Conseild’Etat est dès lors prié de présenter son préavis à l’intention du Grand Conséil dans un délai de 2 mois.** Cette résolution demande de sortir les produits agricoles de l’accord avec le Mercosur pour la survie de notre agriculture et la santé de nos enfants.

Laisser un commentaire