Hôpital Riviera-Chablais aux soins intensifs: les députés Vaud Libre attendent le résultat de l’audit pour en tirer des conclusions

La déconfiture financière de l’Hôpital Riviera-Chablais a provoqué une passe d’armes entre la gauche et la droite mardi au parlement vaudois. La droite s’attaquant au pilotage socialiste de ce chantier, la gauche en profitant pour dénoncer un système de gestion hospitalière indépendant de l’Etat voulu par la droite qui a permis au HRC d’emprunter 20 millions sans en informer personne».  On ne peut lui donner tort: les inconvénients du statut autonome de droit public sont apparus au grand jour.

L’Etat n’a plus le contrôle de la situation, mais doit  jouer les sauveteurs. Les députés Vaud Libre estiment qu’une commission d’enquête parlementaire ne sera nécessaire que si des indices de responsabilités politiques apparaissent dans le cadre de l’audit réalisé sur cette gestion calamiteuse. Lors du débat la députée Circé Fuchs bellerine a évoqué tout une série de facteurs ayant pu conduire à cet échec, mais pour conclure à l’instar d’un parlement unanime que pour l’heure, il fallait dans tous les cas voler au secours d’un hôpital aux soins intensifs financièrement parlant. Il est utile de le préciser, car sur le plan des soins, chacun a souligné le bon fonctionnement de l’hôpital.

L’intervention de Circé Fuchs.

Au nom du Groupe PDC-Vaud libre, nous vous recommandons d’accepter cette garantie.

En effet, que faire d’autres ?

En revanche, plusieurs interrogations restent en suspens : est-ce que la Direction a minimisé l’impact de la défection de plusieurs chefs de service ? Est-ce à cause de la concurrence de cliniques privées nouvellement implantées dans la région ? Est-ce un grave problème de communication entre le Conseil d’établissement et la Direction ? Et le défaut de trésorerie est-il dû à une erreur de gestion financière considérable ? Est-ce enfin un dégât d’image qui est à l’origine de cela car durant ses premiers mois de vie, son image a pris des coups : problèmes d’accès, souci de communication, etc. ? Et comment a-t-on pu manquer des signaux d’alerte ?

A l’heure actuelle, ces questions sont sans réponse et nous espérons que l’audit enclenché par les deux états permettra de saisir les tenants et aboutissants de cette malheureuse histoire.

Mais aujourd’hui, le groupe PDC-Vaud libre vous recommande d’accepter cette garantie de cautionnement et aussi de travailler dès maintenant sur l’image du HRC en notant notamment que cet hôpital malgré son jeune âge a mis tout en œuvre et a pu gérer la crise sanitaire que l’on traverse encore avec brio et a tenu son rôle de pôle sanitaire de la région.

Le reportage de 24 Heures sur ce lien.

https://www.24heures.ch/les-deputes-furieux-des-trous-laisses-par-lhopital-riviera-chablais-346289980155

 

 


Laisser un commentaire