Vaud Libre décide du lancement d’une initiative constitutionnelle sur le financement des infrastructures scolaires.

Vaud Libre
Réuni en assemblée générale extraordinaire, le parti Vaud Libre a décidé du lancement d’une initiative pour un financement partagé et gagnant des infrastructures scolaires vaudoises.

Composée de mouvement politiques communaux, la Fédération Vaud Libre constate que de très nombreuses communes (ou groupes de communes) doivent faire face à des investissements très importants pour construire ou rénover lourdement des infrastructures scolaires et espaces d’accueil parascolaires.

ob_b22f67_rubon39En effet, ces investissements sont à la charge des communes. Ils les obligent à augmenter dangereusement leur plafond d’endettement, et mettent en péril leur santé financière de manière aggravée en cas de progression des taux d’intérêt. Le coût de ces infrastructures est encore amplifié par les exigences du canton, qui définit les besoins sans devoir les payer, avec un effet de « sur exigences » sans contrôle.

« Nous faisons face au problème du qui commande mais ne paie pas », a relevé un délégué de l’assemblée de Vaud libre.

L’évolution des familles, de plus en plus éclatées et l’augmentation des pendulaires ont aussi eu pour conséquence d’augmenter les besoins en accueil parascolaire.

Vaud Libre a donc décidé du lancement d’une initiative :

– instaurant une subvention du canton à tout investissement nouveau pour des infrastructures scolaires ou parascolaires,
– fixant la participation du canton aux charges d’investissement pour la construction ou la rénovation lourde, probablement sur une base de 50%-50%
– laissant les communes propriétaires des infrastructures et responsables d’assumer les charges d’entretien futur de ces infrastructures.

La formule choisie :
diminuera la charge financière unique très importante d’investissement pour les communes, leur permettant de mieux gérer leur endettement,
– amènera le canton à instaurer une discipline interne quand aux exigences en matière d’infrastructures scolaires,
– le canton n’étant pas impliqué dans les charges d’entretien, il ne doit gérer (par exemple par un fonds spécial) que les nouveaux investissements, ce qui lui permet une planification sereine de ses finances,
– obligera le canton, de par son engagement financier, à freiner la fermeture des infrastructures scolaires existantes dans les villes ou villages pour centraliser toujours plus l’enseignement.

La collecte des signatures débutera en novembre 2015. Vaud Libre fera la promotion de son initiative avec la collaboration d’associations ou organisations.

Version PDF:
Communique-de-presse-Vaud-Libre-Initiative-Financement-Infra-Scolaires


Laisser un commentaire