Rapport de la Cour des comptes sur le Service du développement territorial : Un constat sévère, des mesures rapides s’imposent !

Vaud Libre

 Le groupe PDC-Vaud Libre a pris connaissance avec intérêt du rapport de la Cour des comptes sur l’Audit de performance du Service du développement territorial (SDT). Suite au constat implacable qui y est livré, le groupe attend du Conseil d’Etat et du Service des mesures correctives rapides.

Dans son rapport, la Cour des comptes épingle le traitement des dossiers communaux par le SDT, les délais comme les procédures, et relève – ce qui est plus grave – une culture interne qui n’est pas propice à la bo

Développement territorial

Le groupe PDC-Vaud Libre se félicite de cet audit approfondi et des constats impartiaux qui en sont tirés. Cependant, il estime que la responsabilité propre du Conseil d’Etat n’est pas suffisamment mise en exergue. En tant qu’autorité de tutelle du SDT, il lui revenait d’être attentif aux insuffisances constatées et d’y apporter des corrections. De plus, le manque de moyens alloués au service ne saurait être simplement imputé à ce dernier, mais également au leadership insuffisant du Conseil d’Etat sur ce dossier sensible.

nne collaboration avec les communes. Cet audit vient ainsi corroborer les nombreuses critiques émises par ces dernières depuis plusieurs années contre le fonctionnement et l’efficacité de ce service.

Le groupe PDC-Vaud Libre demande que les recommandations émises par la Cour – soutenues d’ailleurs par le Département de l’Intérieur et le Service, pratiquement sans réserves – soient mises en oeuvre intégralement et dans les meilleurs délais, si possible dans le courant de l’année 2013. Un soin tout particulier devrait être apporté dans la réinstauration d’un climat de confiance avec les communes et le changement de culture institutionnel nécessaire au SDT.

Dans un contexte où les enjeux de l’aménagement du territoire, de la maîtrise du foncier et de la construction de logements sont primordiaux, un fonctionnement optimal du SDT est indispensable. Il est à souhaiter que le Conseil d’Etat en ait pleinement conscience.


Laisser un commentaire