Décharge des Saviez : décision saluée par Vaud Libre Riviera, Montreux Libre, Vevey Libre et la Fondation MART

Vaud Libre

Vaud Libre Riviera, Montreux Libre, Vevey Libre et la Fondation MART prennent acte avec satisfaction de la décision prise par la commune de Montreux de renoncer définitivement à l’aspersion de jus toxiques (lixiviats) sur la décharge des Saviez. Ils tiennent à la remercier de la manière dont elle a décidé de traiter à l’avenir ce dossier.

saviez

L’été dernier sous la houlette du Service des eaux, sols et assainissements de l’Etat de Vaud, des épandages de jus de décharge avaient été effectués au moyen de buses géantes, mettant ainsi en danger la faune et la végétation dans un endroit particulièrement sensible à proximité de bas-marais inscrits dans plusieurs inventaires au niveau national et international. Vaud Libre Riviera, Montreux Libre, Vevey Libre et la Fondation MART avaient dénoncé cette méthode « d’apprentis-sorciers. »

Les explications obtenues par l’Etat de Vaud n’ont jamais éclairé les nombreuses zones d’ombres de ce dossier.  Son traitement lacunaire avait conduit les conseils communaux de Montreux, Vevey et le Grand Conseil vaudois à accepter une résolution exigeant des éclaircissements et un suivi attentif de ce dossier.

Vaud Libre Riviera et la Fondation Mart – qui ont suivi ce dossier attentivement depuis le début – ont mis en exergue un nombre considérable d’erreurs et de lacunes dans le traitement de ce dossier, grâce à l’avis éclairé de l’expert jurassien Jean-Louis Walther*, alors que le SESA n’a cessé de minimiser un impact pourtant bien réel de ces aspersions sur la nature et un risque de pollution de la nappe phréatique et des eaux du Léman.

Il est heureux que la commune de Montreux ait repris la main sur ce dossier en tant que maître de l’ouvrage et décidé de poursuivre la démarche d’assainissement sur une meilleure base respectueuse de l’environnement.

Vaud Libre Riviera et la Fondation Mart prennent acte avec satisfaction du processus choisi qui prévoit notamment de faire appel à des spécialistes pour le choix du concept d’assainissement qui sera validé par un comité de pilotage avant d’être soumis à la Municipalité et aux autres partenaires publics.

Nous prenons également note de la volonté clairement affichée de la commune de Montreux d’informer à chaque étape les communes partenaires et les différentes associations écologiques. Dans le cadre du processus de création du COPIL, Montreux Libre et la Fondation MART entendent faire des propositions constructives.

Christophe Privet, président Vaud Libre Riviera
Kate Amiguet, Fondation MART
Jérôme Christen, député Vaud Libre

————————————————————

* Jean-Louis Walther est un expert reconnu qui a travaillé avec les autorités alsaciennes, franc-comtoises et jurassiennes dans le cadre des assainissements des décharges de la chimie bâloise en Alsace et à Bonfol.

Texte des deux résolutions votées par les Conseils de Vevey et Montreux :

Le Conseil communal, qui a voté deux crédits en vue de l’assainissement de la décharge de Saviez, exprime sa préoccupation sur la manière dont est conduit cet assainissement. La publication d’un rapport indépendant met en évidence les risques provoqués par la méthode d’aspersion de lixiviats sur la décharge. Il attend de la Municipalité une grande attention sur la manière dont les deux crédits votés sont utilisés par le Canton. Il espère être informé sur la méthode d’assainissement qui sera choisie et sur les risques, faibles ou importants pour l’environnement, qui seront induits

Texte de la résolution votée par le Grand Conseil Vaudois :

Le Grand Conseil, qui a voté un crédit en vue de l’assainissement de la décharge de Saviez, exprime sa préoccupation sur la manière dont est conduit cet assainissement.

La publication d’un rapport indépendant met en évidence les risques provoqués par la méthode d’assainissement de cette décharge. Il attend du Conseil d’Etat une grande attention sur la manière dont le crédit accordé par le parlement sera utilisé par le Canton.

Il demande à ce que sa commission de gestion soit informée :

–           sur les études complémentaires entreprises
–           sur la méthode d’assainissement qui sera choisie en définitif.
–           sur les risques, faibles ou importants pour l’environnement, qui seront induits
–           sur le rôle de l’Etat, respectivement, du maître de l’ouvrage dans l’élaboration du projet et sa réalisation.



1 Commentaire
Laisser un commentaire